Une Âme de feu

1799 - naissance à Lyon

Née le 22 juillet 1799 dans une famille de riches soyeux lyonnais, Pauline-Marie Jaricot vit une enfance portée par l’affection et la foi vive de ses parents. Au moment de l’adolescence, jolie, coquette et mondaine, elle se laisse séduire par les « illusions du monde ». Mais la jeune fille traverse l’épreuve de la maladie et de la disparition de sa mère.

1816 – la conversion

À la suite d’un prêche sur la vanité entendu en l’église Saint-Nizier à Lyon, une transformation intérieure s’opère et elle change radicalement de vie : elle abandonne ses bijoux, décide de se vêtir simplement comme les ouvrières et se met à visiter et servir les pauvres. Sa conversion la conduit, le jour de Noël 1816, à faire un vœu privé de chasteté à la chapelle Notre Dame de Fourvière.

1819 – l’innovation missionnaire

Informée de la situation critique des missions dans le monde, elle décide de contacter des missionnaires, de faire connaître leurs besoins, et de les porter par la prière et par l’aide matérielle. Ainsi organise-t-elle, à 19 ans, « la collecte du sou de la mission » auprès des ouvrières de son père, inventant le premier réseau social missionnaire. Par « dizaines », « centaines » et « sections », les donateurs se rencontrent pour donner leur sou de la main à la main et échanger les nouvelles des missions, créant d’autres dizaines à leur tour. Le système va s’institutionnaliser avec la création de l’œuvre de la Propagation de la Foi en 1822 et très vite prendre une ampleur considérable dans toute la France, en Europe puis dans le monde entier.

1826 – le Rosaire vivant

À vingt-sept ans, Pauline a une nouvelle intuition pour encourager la foi de ses contemporains… Le Rosaire Vivant regroupe ses membres par quinzaines, dans une communion spirituelle en disant chaque jour une dizaine de chapelet – à l’époque un rosaire compte 15 dizaines, pour prier ensemble tout le rosaire. C’est une approche renouvelée de la prière du chapelet, enracinée sur la méditation de l’Évangile, elle veut déjà contempler Jésus avec le regard de Marie. On recensera en France plus de 2250000 associés au Rosaire Vivant à la mort de Pauline Jaricot, sans compter les adhérents des pays étrangers. Cette œuvre est toujours active et présente dans la plupart des pays.

1833 – l’installation à Lorette

Avec les « filles de Marie », une communauté de jeunes filles pieuses qu’elle vient de fonder, elle s’installe à mi-hauteur de la colline de Fourvière dans une maison à laquelle elle donne le nom de Lorette, en souvenir de la maison de la Sainte Famille.

Ce lieu de mémoire, de prière et de mission, accueille aujourd’hui encore des pèlerins et des visiteurs venus du monde entier.

« Unis-toi à cette mission : prie et fais prier. »

1835 - premier voyage à Rome

Malade, Pauline part à Rome où elle reçoit la visite du Pape Grégoire XVI qui encourage son action en faveur de l’évangélisation et de la vie de prière. Elle se rend en pèlerinage à Mugnano, dans le sud de l’Italie, pour se confier à l’intercession de Sainte Philomène. Elle rentre guérie à Lyon, où elle fait construire une chapelle en l’honneur de la sainte.

1845 – Notre Dame des Anges

Durant la révolte des canuts (artisans) et les troubles qui ont agité Lyon au début des années 1830, Pauline a été très sensible à la misère, priant et secourant les blessés, s’interposant même entre les émeutiers et la troupe. Ayant compris qu’améliorer la condition ouvrière est une condition nécessaire à l’évangélisation, elle engage sa fortune et collecte des fonds pour mettre sur pied une usine modèle. Elle rachète un site industriel à Rustrel dans le Vaucluse et le relance, sous le nom de Notre Dame des Anges. Elle confie la gérance de l’usine à des hommes d’affaires qui l’escroquent et qui mènent l’entreprise à la faillite.

1862 – la passion

Pauline finit sa vie ruinée, déconsidérée. Elle quête à travers toute la France pour pouvoir rembourser les épargnants qui avaient soutenu son projet, ce qu’elle parviendra presque à réaliser. Elle meurt dans le dénuement le plus total le 9 janvier 1862, alors que les œuvres qu’elle a fondées rayonnent dans le monde entier.

1926 – ouverture de la cause de béatification

En 1922, soit un siècle après sa fondation, l’œuvre de la Propagation de la Foi inspirée par Pauline a été élevée par Pie XI au rang d’œuvre pontificale et a vu son siège transféré à Rome. En 1926, le même pape rend hommage au génie missionnaire de Pauline et introduit sa cause de béatification. Pour la première fois, toute l’Église est appelée à célébrer le dimanche de la mission universelle, l’avant-dernier dimanche du mois d’octobre.

Les 3 P de Pauline

Prière

Au-delà du Rosaire vivant dont elle est la fondatrice, toute la fécondité de Pauline s’est ancrée dans sa prière, et son œuvre se résume à cette invitation qu’elle nous adresse aujourd’hui : « Unis-toi à cette mission : prie et fais prier ! »

Partage

« J’ai aimé Jésus Christ plus que tout sur la terre, et pour l’amour de Lui, j’ai aimé plus que moi-même tous ceux qui étaient dans le travail ou la douleur. »

Pauline a su inventer, avec le « sou pour les missions », un moyen accessible à chacun pour soutenir l’évangélisation du monde. Vous pouvez vous unir à cette mission en faisant aujourd’hui un don aux Œuvres Pontificales Missionnaires.

Parole

« Quinze charbons, un seul est bien allumé, trois ou quatre le sont à demi ; et les autres pas. Rapprochez-les, c’est un brasier ! » Comme Pauline, le Seigneur nous appelle à vivre en témoins et à l’annoncer

Boutique en ligne

Invitez Pauline chez vous! Dans la boutique en ligne, vous trouverez des livres, des portraits, des articles religieux et bien plus encore.

Maison de Lorette

La maison de Lorette, située à Lyon sur la colline de Fourvière au 42 bis, montée Saint-Barthélemy, est aujourd’hui la propriété des Œuvres Pontificales Missionnaires. Ouverte à tous, sa vocation est d’être un lieu de mémoire, de prière, de mission, pour l’Église du monde entier : Plus d’informations.

Lieu de mémoire

pour découvrir l'itinéraire de Pauline et se recueillir dans la chambre où elle a vécu ses derniers instants,

Lieu de prière

avec une communauté qui assure l’animation spirituelle aux intentions de demandes de grâces ou de guérison par l’intercession de Pauline, des messes et la prière du Rosaire.

Lieu de mission et
d’évangélisation

La maison est un lieu de découverte de l'activité missionnaire de l'Église. Elle est aussi le théâtre de festivals et d'événements culturels. Elle est ouverte tous les jours de 9h30 à 12h00 et de 14h00 à 18h00, sauf le dimanche matin et le mardi.

Podcasts

La vénérable Pauline Jaricot (1799 -1862) : la justice sociale 25 min

RCF

Écouter le podcast

Pauline Jaricot, une lyonnaise à l’origine des Œuvres pontificales missionnaires (OPM) 55 min

RCF

Écouter le podcast

La vie de Pauline Jaricot 4 mn

RCF

Écouter le podcast

Vidéos

https://www.youtube.com/watch?v=9cJcYuHrw7w

Faire un don

Nous soutenir

"Rejoignez cette mission: priez et faites prier les gens!"

Comme Pauline Jaricot, nous sommes appelés à rayonner le message de l'Évangile jusqu'aux extrémités de la terre, par la prière et le partage. Réalisez l'action de Pauline en priant pour l'Église universelle et en soutenant les Œuvres Pontificales Missionnaires!

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.